Archives du mot-clé : élus

Mai 15

Lettre ouverte aux grands élus de la Vienne

à Mme Catherine Coutelle, députée,
Mme Massoneau, députée,
Mr Alain Claeys, député,
Mr Jean-Pierre Raffarin, sénateur,
Mr Alain Fouché, sénateur
 
Pour information à Mr Jean-Marie Clément, député
 

IRRESPONSABLES (?)

 

       A chaque élection se pose systématiquement la même question: les promesses de nos politiques ont-elles une quelconque chance d’être tenues ? Dans le cas qui nous intéresse, nous saurons bientôt si la déception sera comme souvent au rendez-vous ou si, surprise ! nous verrons enfin la raison prendre le dessus sur la folie mégalomane. Dans la mesure où tous les feux sont aujourd’hui au rouge et que la machine continue d’avancer à 320 km/h, ce dossier de LGV Poitiers-Limoges est particulièrement révélateur de ces comportements que l’opinion publique ne comprend plus.

Pour commencer, au cours de la campagne pour les législatives, notre Députée Catherine Coutelle s’était engagée (on pouvait encore récemment le lire sur son site avant qu’il ne disparaisse subrepticement) à soutenir un projet de loi liant la mise en place de DUP avec le financement des travaux, de manière à éviter d’avoir des projets labellisés mais pour lesquels le financement est introuvable et qui génèrent donc un blocage total des possibilités d’action des collectivités locales dans la périphérie des terrains préemptés. Sans compter les effets délétères sur la valeur de l’immobilier, cette DUP va geler plus de 1000 ha de terres agricoles. Dans le cadre de notre LGV, deux commissions différentes (le SNIT et la Commission Mobilité 21) l’ont positionnée très loin dans les priorités, ce qui indique que son financement serait repoussé d’une trentaine d’année au minimum. Les conséquences pour nos concitoyens et nos collectivités ne seraient pas celles d’un rond-point de commune rurale non-financé, mais concerneraient l’ensemble des communes entre Poitiers et Limoges pour un minimum de 15 ans. Soyez responsables et refusez la momification de ces territoires dont vous êtes les représentants.

Ensuite, la question se pose de réfléchir à l’aménagement du territoire. On l’a vu récemment, la mise en place de cette LGV entraîne de manière structurelle la disparition de la ligne classique Paris-Orléans-Limoges-Toulouse. Malgré les dénégations des élus de la Haute-Vienne, on constate que les élus des départements directement impactés par cette disparition annoncée ne sont pas restés sans voix. Leur association Urgence POLT et les Conseils Généraux et Régionaux (hors Limousin) ont très rapidement réagi et obtenu le maintien de leur ligne historique sur laquelle des travaux doivent être engagés d’ici peu. Cette décision enlève de fait toute capacité en termes de passagers à la LGV Poitiers-Limoges, mais n’a pas fait ciller les élus de la Haute-Vienne. Il faut cependant que nous soyons conscients que la ligne POLT ne sera pas la seule à souffrir de la mise en place de cette LGV. Notre TER entre Poitiers et Limoges est également en danger, et les horaires récemment présentés par la SNCF, totalement en décalage avec les besoins quotidiens des usagers sont un signal d’alarme que nos élus de la Vienne ne doivent pas prendre à la légère. Les besoins en déplacement entre nos deux capitales régionales peuvent parfaitement être assurés par une ligne historique modernisée et adaptée aux besoins, plus particulièrement aux besoins quotidiens de nos concitoyens. Lorsqu’on sait que seuls 10% des passagers de la SNCF sont transportés par TGV, on est en droit de réclamer de la considération pour les 90% d’autres passagers qui utilisent le train pour leurs transports professionnels au quotidien. Soyez responsables, ne dépensez pas plus d’argent dans des projets pharaoniques destinés à quelques uns, mais utilisez l’argent public pour le public.

Enfin, depuis 4 ans, les différentes organisations collectives qui se sont mises en place en Vienne et en Haute-Vienne dénoncent les mensonges, les erreurs et les approximations dans le dossier de préparation de l’enquête publique. Ces éléments concernent aussi bien les questions socio-économiques (coût réel du projet, rentabilité, nombre de voyageurs prévus…) que les questions environnementales (ZNIEFFs, découpe des habitats de faune sauvage, , bruit, et surtout hydrologie avec l’absence de solution dans les zones humides et les traversées de cours d’eau). Nous avons en particulier mis l’accent sur le caractère dangereux d’un certain nombre d’éléments présents dans ce dossier, par exemple pour ce qui concerne le franchissement du Clain entre Iteuil et Aslonnes, où les calculs de flux sont non seulement faux (ils ne tiennent pas compte de la crue centennale) mais sont également mensongers quant à leurs conséquences (il est fait état d’un nombre d’habitations au niveau du port largement inférieur à la réalité, qui permet de positionner le flux « acceptable » bien au dessus de la normale). A part des articles dans la presse relayant nos manifestations, jamais ces arguments n’ont été entendus par nos élus favorables à ce projet. La situation a cependant changé depuis la publication du rapport de l’Autorité Environnementale, émanation du Ministère de l’Ecologie, rapport dans lequel on trouve, lorsqu’on prend la peine de le lire, tous les éléments que nous dénonçons depuis quatre années !! Pour autant, nos élus « afficionados » restent campés sur leurs positions, affirmant que ces points sont mineurs et qu’ils pourront être réglés dans un deuxième temps, c’est-à-dire une fois la LGV déclarée d’utilité publique (sauf Jean-Michel Clément qui est le seul à avoir pris conscience du problème et a posé une question écrite au gouvernement). Cette attitude est irresponsable, et il nous faut ici rappeler que c’est le Congrès du Parlement dont vous êtes les représentants qui a fait modifier la constitution en 2005 pour y insérer le Principe de Précaution dans le marbre. Faudra-t-il donc aller jusqu’au Conseil Constitutionnel pour démontrer qu’au-delà de son caractère inutile, cette LGV dans sa forme telle que présentée à l’Enquête d’Utilité Publique est susceptible d’entraîner des conséquences graves pour les populations ? Faudra-t-il attendre un drame pour qu’on découvre a posteriori la validité de nos analyses ? L’absence totale de réaction à ce rapport de l’Autorité Environnementale est insupportable. Soyez responsables, n’acceptez pas par une négligence coupable la fatalité d’un accident « possible », refusez le dossier présenté par RFF et refusez la Déclaration d’Utilité Publique.

    Nicolas Bourmeyster, Président du Collectif « NON à la LGV Poitiers-Limoges »

Lien Permanent pour cet article : http://non-lgv-poitiers-limoges.fr/wp/2013/05/15/lettre-ouverte-aux-grands-elus-de-la-vienne/